Artús

CERC (Projet « Tuta »)

(Album disponible depuis mars 2020 sur Pagans)

“Viens voir, m’appelle Lépineux, viens voir, ça souffle un peu !
Descendu dans la doline pour le rejoindre, il me sembla, effectivement qu’un très léger courant d’air sortait par le trou, et je commençais à aider Georges à déchausser ses pierres : un trou qui souffle ! ça veut dire une immense caverne ! ça devenait vraiment passionnant.”
Jacques Labeyrie, Les découvreurs du Gouffre de la Pierre Saint-Martin

La Pierre Saint Martin, plus grand massif karstique au monde, se dissout depuis 40 millions d’années offrant 430 km de galeries à explorer.
Parmi les 2 000 gouffres criblant le calcaire, dont 50 de plus de 300 m, Lépineux est le plus emblématique. On y rentrerait la tour Eiffel et il mène à l’un des 4 réseaux hydrogéologiques drainant cette montagne pyrénéenne.
En dessous, des boyaux, des cavités et notamment la salle de La Verna qui pourrait accueillir 10 fois Notre-Dame de Paris…
Pourtant rien de visible en surface, juste une discrète respiration, une sensation d’inconnu, une envie d’aventure.

CERC (le cercle), s’appuie sur ce périple de 1 400 m à travers la roche jusqu’aux gorges de Kakuetta pour évoquer L’allégorie de la caverne de Platon.
Un circuit mystique par son caractère et mythique par ses dimensions.
Un immense vide rempli d’un bruit blanc, dans un noir absolu.
L’Homme a toujours prospecté les profondeurs invisibles de la terre, de l’âme, pour découvrir, remonter et transmettre du vécu, il a besoin de bousculer ses représentations, de se confronter à l’infini du temps et de l’espace.

2 Humanités coexistent en nous:

L’Homme « primitif », rattaché aux profondeurs, vivant dans la terre, dans l’ombre de lui même.
Le monde des sens, de l’illusion, de la croyance, des certitudes, des habitudes… le monde physique, matériel.

L’Homme « éveillé », rattaché à la lumière, vivant en surface, contemplant les étoiles, n’ayant plus d’ombre.
Le monde des idées, de la connaissance, du savoir… le monde métaphysique, spirituel.

Explorer puis contempler.
Le musicien devient un spéléologue, un philosophe, un chamane…

“Il est dit qu’aucun arbre ne peut pousser jusqu’au paradis sans plonger ses racines jusqu’aux profondeurs de l’enfer.”
C.G. Jung

 

MEMBRES

Matèu Baudoin : chant, violon
Romain Baudoin : vielle à roue
Thomas Baudoin : chant, tambourin à cordes, synthé, percussions
Romain Colautti : basse, chant
Nicolas Godin : guitare, percussions, chant
Benjamin Rouyer : sonorisation scène
Alexis Toussaint : batterie, percussions sonorisation

DATES

18/06/2022 Hellfest – Scène Temple – Clisson (44) avec Faith No More
22/01/2022 AtabalBiarritz (64) avec Year of no light

14/08/2021 Soirée Privée – Biron (32)
12/08/2021 L’île du MaltSoorts-Hossegor (40)
02/07/2021 Pied’stivalAccous (64) avec La Mal Coiffée

25/02/2021 Sortie de résidence CREC – OARA / La Méca, Bordeaux (33)

+ DE DATES >

LIENS

Site | Facebook | Youtube | Instagram

VIDÉOS

Lépineux – clip réalisé par Emmanuel Bellegarde.

Faust – live à La Centrifugeuse, Pau filmé par Piget Prod

DISCOGRAPHIE

Drac 2010
Artús

Òrb 2007
Artús

Òmi 2003
Artús

PRESSE

« Tout au long de Cerc, Artùs nous transporte dans un voyage immobile au fond de ténèbres, au milieu d’un chaos tout d’abord puis toujours plus loin, toujours plus profond au plus prés de quelque chose qui ressemble au silence essentiel, la quintessence même de la musique. »
Greg Bod, Benzine

« Cerc est sombre, tribal, hypnotique. Encore une fois fascinant, captivant.… »
Jérôme Gillet, Froggy’s Delight

« (…)six compositions épiques, intrépides, aux développements souvent hallucinatoires et aux contrastes subtilement agencés. »
Stéphane Fougère, Rythmes Croisés

« « Cerc » fait ainsi trembler la roche, et déroule un rock tellurique – au sens propre – et totalement saisissant. »
Yan Kouton, Indiepoprock

« Ce sixième album du groupe gascon est un aller simple vers une sonorité à part. »
Yann Le Ny, Longueur D’Ondes

« Immersif, incantatoire dans ses voix, Cerc te fera prisonnier. De sa force, de ses sons. »
Will Dum, Muzzart

« Voici donc un disque qui fait avancer la musique. Et ce n’est pas rien par les temps qui courent. D’autant plus quand le geste s’accompagne d’une telle force évocatrice. »
L’Oreille de Moscou, A Decouvrir Absolument

« Cerc nous fait voyager et l’Artús reprend la route de sa montagne et de ses douces brises («Las mairs apo») laissant la nature reprendre ses droits. »
Oli, W-Fenec

« Aqueth Cerc e seré la metafòra de la creacion, qui’s deu d’avançar, a paupas, shorda, òrba, preu desconeishut, puish cular, e s’i tornar ? Estancà’s enfin. Pr’amor d’arrecotir quauque part. Pr’amor d’aver trobat quauqu’arren. »
Caroline Dufau, Lo Diari

« Cerc est une œuvre étrange, qu’on n’aborde pas à la légère mais qui ne cesse de fasciner par son originalité et sa liberté. A découvrir absolument ! »
Beachboy, Addict Culture

« Aussi caverneux qu’hypnotique, le disque ne plonge pas les 20 ans de carrière du groupe au fond du gouffre, mais en rapporte l’immensité et l’invisible des profondeurs. »
Marie, L’Imprimerie Nocturne

« Jamais un secret aussi bien gardé n’a eu autant de chances de truster les premières places des Top annuels…. »
Eric D-Toorop, Core And Co

« Cerc est un album à l’éclairage singulier laissant entrevoir de grands moments d’extase. »
SKX, Perte & Fracas

ARTICLE Sur les routes des nouvelles musiques occitanes
RFI Musique

ARTICLE Le retour de flamme des musiques traditionnelles
Libération

INTERVIEW Morlock’N’Roll
Junkpage

INTERVIEW Pagans et Hart Brut – Une communauté de créateurs
Rythmes Croisés


Artús CERC avec le soutien de l’Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine, du Centre Régional des Musiques Traditionnelles en Limousin, de l’Agence Culturelle Dordogne Périgord et du CNV.

Les commentaires sont fermés