Billet d’humeur #11 | 01/03/2018

(VF plus bas)

Au mes de heurèr, au parat de tres jorns de concèrts e bals au Teatre Auditorium de Peitieus, l’UPCP Métive que m’a sollicitada entà participar a ua taula redonda, tà questionà’ns sus la nosta practica de musicaire-as de bal. Vertat qu’ei, dab Cocanha, quan horrucam peu repertòri a dançar, alecadas preus ritmes e per l’eficacitat suu còs d’aquesta musica, la perspectiva de har mudar lo monde que ns’ahueca. Mei anar mei, que ns’avisam deu hialat de dançaires e programators de musica tradicionau o neòtradicionau a dançar, per Euròpa tota. Que ns’ac avèn dit, amics musicaires crotzats preus camins, qu’au Portugau e s’i dancèva tanben lo saut biarnés o lo congò de Capsíus. E mélher qu’a noste, a còps. Esmiraglant. Uniformizant ? Aqueth moviment deu bal european qu’avia la dança sus las alas de musicas enrasigadas, d’un territòri pròche o estremat, coneishut o saunejat. Ua autenticitat vienuda d’aulhors, saupicada au cors d’un estagi, d’un bal, qui’n hè la valor ajustada. Que graseishi totun d’aqueths encontres vibrants, tau com un mejan de sortir de casa, d’encontrà’s e de portar a la lutz la canta e la lenga nostas.

Adara, musician-as e cantaire-as tradicionaus que son programats en las SMAC, hestaus estivencs de tria, emponts nacionaus e internacionaus, o esquats militants. Que sortim chic a chic d’ua vision endarrerada, qui sembla fòrt a l’espiar pausat sus las lengas ditas regionaus en França. Avossim un ligam a téisher enter dança, musica, canta e lenga nosta, que seré bahida lo de l’engatjament corporau. Tau com la dança qui apèra a moviments codifiats, cantar en lenga occitana qu’engatja tanben ua corporalitat auta. En har bronir las consonantas, clacar las sillabas e soar las vocalas, qu’ei un paisatge sonòr aute qui’s dessenha. Pr’amor de l’occitan. Pr’amor de cantas dedicadas a la dança. Pr’amor deus timbres. Pr’amor deu biaish. Adara, tà nosauts occitans de l’exagòne, las nostas ganurras francofònas que’ns complican l’obratge. Shens parlar de la nosta aurelha mainstreamada, qui se’n ved entà gahar e tornar tocar lo haish de nuanças qui ns’escapan. B’ei esmavent e hastiós, de non pas lissar e uniformizar aquera mestior, parlada, cantada e dançada, d’ac deishar complèxa e multipla, d’ac cultivar d’un anar curiós, embevut e inspirar.

Vam… Pro deu vira-vira cerebrau. Deishem dançar lo còs.

//

Au mois de février, à l’occasion de concerts et bals au Théâtre Auditorium de Poitiers, l’UPCP Métive m’a sollicitée pour participer à une table ronde, nous questionnant sur notre pratique de musicien-nes de bal. Il est vrai qu’avec Cocanha, quand on fouille le répertoire à danser, attirées par les rythmes et l’effet de cette musique sur le corps, la perspective de faire bouger nous enthousiasme. On découvre au fur et à mesure ce réseau de danseurs et programmateurs de musique traditionnelle ou néotraditionnelle à danser, à travers l’Europe. Ils nous l’avaient dit, les copains musiciens croisés sur les routes, qu’au Portugal on y danse aussi le saut béarnais et le congo de Captieux. Et mieux que chez nous, parfois. Saisissant. Uniformisant ? Ce mouvement du bal européen se lance dans la danse sur les ailes de musiques enracinées, d’un territoire proche ou éloigné, connu ou rêvé. Une authenticité venue d’ailleurs, saupoudrée au cours d’un stage, d’un bal, qui en fait la valeur ajoutée. Toutefois je prends plaisir, dans ces rencontres vibrantes, comme un moyen de sortir de chez soi, de se rencontrer et de porter à la lumière le chant et la langue occitane.

Maintenant, musicien-nes et chanteur-ses traditionnels sont programmés dans les SMAC, les festivals de renom, des Scènes Nationales et internationales, ou des squats militants. On sort petit à petit d’une vision arriérée, qui ressemble au regard posé sur les langues dites régionales en France. S’il y avait un lien à tisser entre danse, musique, chant et langue occitane, il serait sans doute celui de l’engagement corporel. Comme la danse qui appelle des mouvements codifiés, chanter en langue occitane engage aussi une corporalité autre. En faisant rouler les consonnes, claquer les syllabes et sonner les voyelles, c’est un paysage sonore autre qui se dessine. Et oui, l’occitan. Les chants entonnés pour la danse. Les timbres. Le « biaish ». Pour nous occitans de l’hexagone, nos gorges francophones nous compliquent la tâche. Sans parler de notre oreille mainstreamée, qui s’en voit pour saisir et re-jouer la multitude de nuances qui nous échappent. Comme c’est prenant et fastidieux, de ne pas lisser et uniformiser cette matière, parlée, chantée, dansée, de la laisser complexe et multiple, et de la cultiver en étant curieux, immergé et inspiré. 

Allez… Assez de manège cérébral. Laissons danser le corps.

Caroline Dufau

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *